economie et humanite

14 janvier 2021

Notion de débit et de crédit

Veux tu connaître la différence entre le débit et le crédit ? Voici 👇

Tout d'abord, nous vous rappelons que ces termes sont apparus depuis le Moyen-Âge avec le développement des commerces en Italie. Mais bien avant celà, on pouvait se faire une idée là dessus en suivant les traces des opérations de dettes ou de créances en Grèce Antique. Par exemple, avant que ces deux termes apparaissent, il y avait l'utilisation du terme Doit pour désigner les choses auxquelles une entreprise doit avoir auprès des personnes suite à une opération de prêts ou autres et du terme Avoir pour désigner ce que l'entreprise doit aux autres personnes suivant une opération d'emprunt ou autres.

Cependant, avec la connaissance d'un principe dit le principe de la partie double en comptabilité, on assista donc à l'apparition des termes débit et crédit qui fait l'objet de notre publication d'aujourd'hui.

En effet, le terme débit en comptabilité désigne ce que l'entreprise possède cause pour laquelle toute chose qui entre dans le patrimoine de l'entreprise est débité.

Au contraire, le terme crédit en comptabilité désigne ce qui sort dans le patrimoine de l'entreprise. Il n'appartient pas alors à l'entreprise.

Par exemple, quand j'achète une machine à 100.000FCFA en espèces, je debite la machine et crédite la caisse. Les deux du même montant.

Au vue des clients d'une banque, le débit désigne la sortie et le crédit désigne l'entrée. Qu'en est il de l'appellation crédit qu'on utilise couramment dans notre opération avec les réseaux téléphoniques ? Pourquoi dit-on qu'on a par exemple 100FCFa de crédit ?

Voilà pourquoi l'avis de débit désigne une charge que ton compte bancaire doit supporter et l'avis de crédit désigne un produit que ton compte bancaire doit bénéficier.

NB: la banque et l'entreprise tiennent la même Comptabilité donc réciproque mais de côté opposé c'est à dire quand l'un débite alors l'autre crédite.

ecohumanite@gmail.com

Posté par SATC à 11:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 janvier 2021

Économie et la religion

L'économie et la religion : Quels impacts ?

Par notre thème d'aujourd'hui, il faut entendre les avantages et les inconvénients des religieux sur le développement économique.

Rappelons que le développement est une combinaison d'une croissance économique à l'amélioration des conditions de vie humaine. Il est donc qualitatif.

La religion impacte le développement sous plusieurs angles : démographique, financières, sociale etc.

Sur le plan démographique, elle s'avère être un obstacle pour réduire les conséquences négatives de la population des PED selon certains économistes.

Sur le plan financier, certaines pratiques telles que l'intérêt usuraire, le financement de certaines activités sont interdites.

Sur le plan social, elle constitue une autre barrière pour certains faits. Partant de l'assurance, elle lui interdit par exemple l'utilisation d'un animal tué hors la permission Divine.

Cependant de nos jours, elle a aussi contribué à l'essor de beaucoup de choses dans les plans précédents.

Sur le plan financier, elle a pu permettre de mettre en place les finances participatives, la diminution des risques financiers (la crise financière de 2008 n'a pas assez touché les banques islamiques).

Sur la plan social, on a assisté à l'influence de certains religieux comme M GANDHI en Inde, Enseignement social de l'église catholique depuis l'élection de Jean Paul II et de l'islam dans les pays de l'Afrique noire.

Les croyances religieuses affectent un vaste éventail de comportements (Iannaccone, 1998) et l’activité religieuse peut influencer la performance économique au niveau de l’individu, du groupe ou de la nation.

Dans La richesse des nations, Adam Smith soutient que la participation à une secte religieuse peut potentiellement fournir deux avantages économiques à ses adhérents, à l’extérieur et à l’intérieur du groupe (Anderson, 1988) : l’appartenance à une « bonne » secte réduit le risque perçu par les employeurs, prêteurs et clients potentiels et facilite les transactions avec eux; elle sécurise et facilite aussi les transactions entre les membres eux-mêmes, permettant des transactions en « confiance », les « brebis galeuses » étant exclues de la secte. Ce type d’argument pourrait d’ailleurs s’appliquer à un large éventail d’associations ou clubs volontaires.

Posté par SATC à 13:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 décembre 2020

L'humanité 🤔🤔🤔

L'humanité, de quoi en voulons nous dire dans le cadre économique ?

L'humanité n'est pas un concept récent, elle est d'ailleurs plus ancienne que les autres phénomènes. Depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours, elle reste au cœur des débats sociologiques, phylosophiques, psychologiques etc.

Aujourd'hui, certains seront étonnés de notre publication sur ce concept surtout dans le cadre économique. D'abord notre page étant économie et l'humanité, il nous est difficile de s'en passer et d'ailleurs, l'humanité et l'économie sont l'un pour l'autre un moteur. Le dysfonctionnement de l'un entraîne le dysfonctionnement de l'autre.

L'humanité une notion purement basée de l'homme est selon certains penseurs le milieu entre les anges et les animaux dans la création divine. Elle est plus importante parmi les créatures Divines et se caractérise par deux valeurs importantes qui sont là bonté et la générosité.

En économie, l'humanité représentée par la population est celle qui peut conserver un bon environnement, une bonne société afin de rendre agréable la survie humaine d'où le développement. Dans notre constitution (constitution du Mali), il est écrit que l'être humain est sacré et inviolable.

En effet, nous devons savoir que l'humanité peut être regardée par plusieurs dimensions dont la dimension physique, la dimension affective, la dimension intellectuelle, la dimension sociale et la dimension spirituelle. Chacune de ces dimensions sont interdépendantes. Par exemple, une personne ayant atteint une déficience intellectuelle peut jouer négativement sur son physique, sa relation sociale, spirituelle et affective.

L'humanité vis à vis de l'économie(science sociale) a les droits et les devoirs. Elle a le devoir de la protection de l'environnement, du travail pour maintenir une croissance économique etc. En revanche, elle a droit à la bonne alimentation, la sécurité, de s'épanouir. Bref une vie agréable. Elle est à la fois l'assureur et l'assuré en économie. Bonne fête de fin d'année !!

Posté par SATC à 10:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 décembre 2020

La prévision de Thomas Robert Malthus

La prévision de Thomas R Malthus a-t-elle abouti aux résultats escomptés ?

Durant l'année 1798, M Thomas R Malthus écrivit un livre intitulé l'essaie sur les principes de la population. Dans cet ouvrage, il est écrit que la population suit un rythme qui lui fait augmenter de manière exponentielle alors que celle des ressources naturelles est arithmétique. Il y a donc un problème qui risquerait d'engendrer de la famine. Ainsi l'humanité subira de la souffrance engendrée par elle même. Ceci est le propos de Thomas R Malthus.

Notons que chaque pensée économique est définie en fonction du temps et est donc temporaire. Cette pensée peut elle être perpétuelle ?

Au moment où Thomas R Malthus a écrit cet ouvrage, on assistait à la croissance économique mais pas le développement dont nous parlons aujourd'hui, il y avait l'absence de la technologie. Cette dernière est récente.

Le progrès technique nous rappelle également d'une pensée économique ( Esther Boserup). Cette pensée en contradiction avec celle de T R Malthus dit que ce sont les ressources naturelles qui doivent s'adapter à l'évolution de la population ; chaque problème pousse d'ailleurs l'homme à trouver une solution pour s'en passer.

Ce propos de Esther Boserup semble être vrai aujourd'hui et celui de T R Malthus a été démenti grâce aux progrès techniques et scientifiques.

La théorie de T R Malhus est désormais considérée pour certains économistes comme pessimiste. Mais on doit aussi noter qu'elle est aussi à l'origine de progrès technique et scientifique comme d'autres.

De nos jours grâce aux progrès techniques et scientifiques, il y a désormais de progrès alimentaire, agricole, médical etc.

Vivement ECOH

ecohumanite@gmail.com

Posté par SATC à 17:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 décembre 2020

La dette

La dette ????

La dette est un concept de l'économie désignant le plus généralement une somme que doit une personne (débiteur) à une autre personne (créancier).

Elle est donc une obligation cause pour laquelle elle intervient dans le domaine du droit des obligations.

En comptabilité, la place de la dette peut être dans l'actif ou dans le passif selon qu'il s'agit de la personne intéressée.

Certes, la question de dettes intéresse les particuliers, les entreprises et les États.

En effet, elle a de nombreux impacts qui peuvent être positifs ou négatifs.

Une dette peut permettre à un particulier de faire face à certaines dépenses et d'ailleurs de financer ses projets. Pour une entreprise, elle peut être une solution pour les besoins de financement résultants de leurs exploitations. Pour un État, une dette peut combler les déficits budgétaires et aussi de financer des investissements de ce dernier. Elle permet donc de stimuler la croissance économique, de diminuer le taux de chômage. Bref, c'est un atout pour le développement d'un pays. Exemple, de nos jours l'une des premières puissances économiques (USA) est le pays le plus endetté.

En outre, la dette peut être aussi un obstacle pour le développement de toutes les personnes (physique et morale). Comment ???

Un particulier une fois insolvable, devient perdu dans la société si toutefois la dette n'a pas été affectée dans des activités rentables. Avec la société moderne, il est possible que ses biens soient hypothèqués par son créancier (les institutions financières le plus généralement).

Pour les personnes morales comme les entreprises, il est possible qu'elles soient dans la situation de faillite si ces dernières seraient victimes de la mauvaise gestion. Et pour l'État, s'il n'arrive pas à payer sinon à montrer la preuve de solvabilité, son statut d'indépendance risque d'être un compromis (le cas des pays africains).

Merci !!!!

ecohumanite@gmail.com

Posté par SATC à 10:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 novembre 2020

Économie rurale ou Agricole

Économie rurale

Le fait de s'intéresser à l'économie rurale dans le monde économique ne date pas d'aujourd'hui. La mise en valeur de l'économie rurale figure dans le programme de l'OIT et aussi de l'ODD.

L'économie rurale ou Économie agricole a été préalablement au cœur des recherches agronomiques. On ne saurait oublier la contribution des physiocrates.

Elle est une partie de la science économique ayant pour objectif de permettre à l'agriculture de contribuer au mieux au développement durable dans le monde. Elle intéresse particulièrement les pays du tiers monde dont le développement constitue un enjeu très important.

Les recherches ont montré que la nature de la culture à adopter dépend du climat et aussi du sol. Sans oublier aussi que la situation économique d'un pays est liée au développement de son agriculture.

L'agriculture permet à un pays de se procurer aux produits primaires, ce qui permet par la suite le développement industriel...(analyse de Rostow).

L'économie rurale malgré qu'elle concerne les pays en développement, elle est aujourd'hui mise en valeur dans les pays développés dont ces derniers se caractérisent par de l'innovation.

Contrairement aux pays développés dans les pays du Sud, l'économie rurale se caractérise par des mains d'oeuvres pauvres en science.

(...).

L'économie rurale est un grand atout pour le développement économique et durable des pays du tiers monde. Elle permet de promouvoir l'emploi donc à lutter contre le chômage et contre la famine. Du coup, elle entraîne de la croissance économique.

Les autorités des pays doivent soutenir l'économie agricole mais tel n'est pas le cas dans les pays du Sud. Par exemple, courant cette année (2020), les cultivateurs maliens ont beaucoup souffert c'est à dire on a assisté à la baisse du prix de coton et à la hausse du prix des engrais. Ce qui constitue un vrai obstacle pour leur développement.

Bref, c'est un acteur du développement de façon générale.👇

ecohumanite@gmail.com

Posté par SATC à 20:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 novembre 2020

Les pays du Sud restent bredouilles dans le commerce international

Les pays du Sud risquent de rester bredouille vis à vis des pays du Nord dans le commerce international.

Dans les théories du commerce international, l'essentiel à retenir est la participation et la satisfaction de tous les pays. Il y a quelques décennies de cela, nous remarquons que les pays du Nord profitent mieux dans les échanges internationaux que les pays du Sud. Pourquoi ?

Les pays pauvres ou encore les pays du Sud sont des pays situant le plus généralement en Afrique, en Asie, en Amérique latine. Ils se caractérisent par un faible revenu par habitant donc un niveau de vie faible, d'une croissance économique élevée mais caractérisée à la fois par beaucoup d'obstacles à leur développement tels que la corruption, l'injustice etc. Depuis longtemps, ces pays participent dans le commerce international mais leur poids demeure faible en raison des produits qu'ils produisent.

Les pays du Sud sont rangés aux premiers rangs généralement quand la classification est basée sur les matières premières et les ressources minières. Or, ces pays oublient que leur production sert à la consommation intermédiaire d'autres productions ce qui permet en contre partie de leur appauvrir donc ils sortent toujours bredouilles. Comment ?

En prenant un exemple sur le Mali et La France. Quand les maliens vendent du coton à 500fcfa aux français, nous devons savoir qu'une fois que ce coton transformé en habit par les français, sera vendu aux maliens à un prix supérieur à 500fcfa. Voilà d'ailleurs pourquoi la balance commerciale des pays du Sud est toujours déficitaire.

Les pays du Nord se caractérisent par des grandes industries dominantes mais quand il s'agit des pays du Sud, c'est l'industrie naissante.

Quelles solutions pouvons nous proposer pour aider les pays du Sud ?

Posté par SATC à 10:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 novembre 2020

La théorie des échanges internationaux

La théorie des échanges internationaux

Les théories dont nous allons voir ont tous pour objectif la facilité et d'ailleurs la suppression de toutes barrières pouvant être un obstacle au développement des échanges internationaux. Ici, nous verrons quelques théories 👇 telles que la théorie des avantages absolus, des avantages relatifs, du modèle HOS et la nouvelle théorie.

La théorie des avantages absolus dont l'auteur est Adam Smith est une théorie qui vise la spécialisation des nations dans le commerce international. Cette spécialisation est faite sur un produit dont une nation dispose un avantage absolu.

Cependant, au fil du temps, on s'est rendu compte que certains pays ne disposent pas un avantage absolu dans la production d'un produit. Alors, elle ne pourra guère participer à l'échange international. Ce phénomène constitue un obstacle pour le développement des échanges internationaux d'où la théorie des avantages relatifs.

La théorie des avantages relatifs est la théorie de David Ricardo dont l'idée va au delà de celle de Smith. Elle vise non seulement la spécialisation mais aussi la participation de chaque nation. Cela demandera donc du sacrifice de la part d'une autre nation car cette dernière malgré ayant de l'avantage absolu dans plusieurs produits sera obligée de laisser au profit d'une nation n'ayant pas de l'avantage de se spécialiser dans la production d'un produit. La nation qui doit faire ce sacrifice laissera la production d'un produit dans laquelle elle n'a pas assez d'avantage absolu.

Nous avons aussi le modèle HOS qui suppose la spécialisation d'un pays dans la production d'un produit dont il est doté en abondance en terme facteurs de production (travail, capital, progrès technique etc.).

Par exemple, un pays riche en technologie se spécialise dans la production d'un bien qui demande de la technologie.

A suivre...

Posté par SATC à 10:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 novembre 2020

La mondialisation

Introduction

C'est un phénomène récent dont l'ampleur se multiplie du jour au jour grâce aux échanges internationaux et aussi elle reste au cœur de différents débats à cause de son impact sur l'économie mondiale.

Elle est un processus visant à rendre le monde comme un seul pays.

Cette idée a pu être développée et réussie d'ailleurs grâce au développement des transports, des échanges et aussi de progrès techniques et scientifiques.

La notion de mondialisation nous invite également à expliquer d'autres termes parmi lesquels on peut citer la globalisation, le libre échange, le commerce international, l'échange international.

La globalisation est une notion économique mais s'intéressant aux mouvements de capitaux entre les pays. Donc, à ne plus la confondre à la mondialisation car cette dernière part au delà des capitaux.

Le libre échange est un terme signifiant la liberté de circulation des biens et services et aussi des capitaux à l'échelle mondiale.

Le commerce international est l'ensemble des transactions (biens et services) à l'échelle internationale. De là, nous avons l'exportation et l'importance.

Si l'exportation est la vente de biens à l'extérieur alors l'importation est l'achat à l'extérieur. Elles ont de l'impact différent sur l'économie d'un pays.

L'exportation selon certains économistes, entraîne une augmentation de production nationale (PIB), du revenu et surtout de la création d'emplois. En revanche, l'importation est une source d'appauvrissement pour un État car elle entraîne le chômage et contribue à baisser le revenu national.

Cependant, la différence entre ces deux notions évoquées si dessus nous donne de la balance commerciale et leur rapport nous renseigne du taux de couverture d'une économie.

L'échange international regroupe le commerce international et la globalisation (mouvement de capitaux).

La mondialisation est un mouvement complexe de l'ouverture des frontières économiques et la déréglementation qui permet aux activités économiques capitalistes détendre leur champ d'action sur l'ensemble de la planète.

En effet, il y a un rôle important de la mondialisation dont chacun doit noter. Elle contribue à transformer la planète en un vaste marché, provoquant ainsi une mise en contact gigantesque des sociétés.

Grâce à la mondialisation, de nombreuses économies ont pu être développées car désormais par exemple les biens de consommation sont obtenus à moindre coût, ce qui permet en revanche d'augmenter le pouvoir d'achat des ménages et aussi de leur niveau de vie. A ne pas oublier l'augmentation du chiffre d'affaires des entreprises, ce qui sous entend une économie d'échelle.

Par ailleurs, on constaterait aussi la domination des PED au profit des PD comme l'effet de cette mondialisation. Tel est le cas des pays africains, cause pour laquelle certains penseurs ont dit que le monde se mondialise au dos de l'Afrique.

A suivre ... La théorie des échanges internationaux

Posté par SATC à 14:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 octobre 2020

Moratoire du FMI aux pays pauvres

Comment expliquer le moratoire du FMI accordé aux pays pauvres notamment ceux de l'Afrique subsaharienne ?

Il y a des décennies de celà, le problème de dettes des pays pauvres a longtemps constitué un vrai casse-tête chez eux voire la remise en cause de leur indépendance.

Le moratoire du FMI accordé aux pays pauvres notamment ceux de l'Afrique subsaharienne est la suspension du paiement de dettes des pays en développement. Pour cela, il faut reporter c'est à dire prolonger le délai de paiement des dettes de ces pays.

Le FMI leur accorda ce délai pour motif de donner une porte d'ouverture des pays concernés à la crise dite COVID19. Est-ce une bonne initiative ?

Le moratoire dont bénéficiera les pays pauvres permettra de renforcer leur politique de lutte contre cette pandémie mais aussi de gérer d'autres dépenses de fonctionnement à court terme. Cependant, il faut une bonne utilisation de ces fonds dont devraient verser les pays en développement au FMI.

Il s'agit ici par exemple d'investir dans des projets rentables pouvant par ailleurs rembourser ces dettes à l'échéance à travers les rentabilités escomptés.

Le plus généralement, dirait on que ces pays sont bourrés de mal gouvernance, de corruption et de l'inégalité. Il serait mieux de revoir leur politique conjoncturelle et aussi structurelle.

La politique conjoncturelle ici peut-être située dans le cadre de relance des activités économiques. Elle nécessitera alors des dépenses de la part du gouvernement (le mieu est les dépenses productives).

En ce qui concerne la politique structurelle, elle pourra consister à redresser leurs différentes structures d'activité plus précisément dans le secteur primaire constituant une opportunité pour ces pays.

Bref, le moratoire accordé par le FMI aux pays pauvres est une bonne initiative et représente un atout pour l'économie de ces pays.

ecohumanite@gmail.com

Posté par SATC à 13:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]